F1smf

 Non au PLC

--------------------------------------

--------------------------------------

Présentation
Technique RA
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 37 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Répéteur D-STAR et lien micro-ondes

(Leçon 8)



Mise en situation

 

Voici une leçon qui s’adresse surtout aux gestionnaires et aux programmeurs de répéteurs D-STAR. Bien ! Mais elle est aussi de nature à fournir  un éclairage de synthèse sur le fonctionnement du répéteur D-STAR dans ses versions simple et complète. Tel que la leçon présente le répéteur et ses composantes, le simple utilisateur y trouvera son profit en ce sens qu’il lui sera facile de concevoir le rôle d’un répéteur D-STAR, même dans sa version la plus performante.

 

Résumé

 

Cette leçon nous offre une vue d'ensemble  de la mise en place d’un répéteur D-STAR et des démarches à suivre  pour programmer ou configurer le contrôleur, les modules et la passerelle (gateway). Il ne faut pas s’attendre à ce que le contenu de la leçon soit  l’équivalent d’un livret  d'instructions prévu à cet effet.  Il faudra recourir aux livrets d’instructions de chacune des composantes pour connaître la procédure exacte d’installation.

La configuration comme telle du lien micro-ondes RP2L (Backbone ou dorsale) n'est pas couverte par la leçon bien que celle-ci lui consacre un ou deux paragraphes.

Le répéteur D-STAR

 

Le répéteur D-STAR se compose de plusieurs unités aux fonctions différentes et complémentaires. La figure 8-1 montre un répéteur comprenant  quatre modules de transmission et de réception RF (transcepteurs), un contrôleur, un lien RF à 10GHz et un ordinateur de passerelle (gateway) assurant le lien Internet. Voilà en gros un répéteur complet !

tableau8.1.png

 

Tableau 8.1

 

Dans sa version la plus modeste, un répéteur D-STAR doit être muni d’un contrôleur et d’au moins un module. Le rayonnement d’un tel répéteur est limité parce qu'il n'a pas accès au réseau D-STAR pour l’enregistrement des indicatifs d’appel ou pour toutes communications interzones avec d'autres répéteurs.

En ajoutant le lien micro-ondes RF ID-RP2L, le répéteur acquiert la capacité de se relier à d'autres répéteurs. Comme vous l’avez appris dans une leçon précédente, si un des répéteurs est reliés à une passerelle (gateway), une zone D-STAR est formée. Bien que ce répéteur soit d’une grande simplicité - contrôleur, module et lien – il peut fournir tous les services propres à un réseau D-STAR.

Indicatif d’appel du répéteur

 

Pour joindre un répéteur D-STAR, il faut un indicatif d’appel dédié. Il pourrait être celui d’un club. Mais cet indicatif ne pourra être utilisé à une autre fonction dans le réseau de D-STAR. (eg, le signe d'appel du répéteur ne pourra être celui d’un individu, le vôtre par exemple). De plus,  l’indicatif d’appel ne peut pas être utilisé n'importe où dans le réseau. À l’extérieur du réseau, il le peut sans contrainte, tel que sur HF ou pour identifier un répéteur analogique.

La dorsale (Backbone) D-STAR

 

Une force cachée de D-STAR réside dans son système de dorsales qui lui permet de relier les répéteurs entre eux. Les connexions de la dorsale peuvent être faite à n'importe quelle combinaison d’Internet (une connection à large bande passante est requise cependant) ou de liaisons radio. Les utilisateurs n'utilisent pas la dorsale (backbone) D-STAR directement. Seules les passerelles (gateways) le peuvent en recourant au mode de transfert asynchrone ATM (Asynchronous Transfer Mode).

La dorsale peut transporter des données au rythme de 10 Mbps dans la bande de 10GHz, (3cm), selon la connexion disponible. Si le lien radio par dorsale est utilisé, la largeur de la bande passante  pourrait devoir atteindre 10.5 MHz.  En conséquence,  ce type de lien exigeant est confiné à la bande micro-ondes amateur. Icom fabrique régulièrement des systèmes de liaison micro-ondes pouvant aller jusqu’à 10.7GHz.

Les composantes du répéteur D-STAR

 

Le contrôleur

 

Un contrôleur de type ID-RP2C est nécessaire pour chaque répéteur D-DTAR puisque les modules ne peuvent fonctionner sans contrôleur. Ce dernier n’est rien d’autre qu’un système informatique dont les fonctions est de surveiller les modules, d’assurer le routage de la voix numérique et des données et de fournir une interface adéquate à la passerelle internet et au lien RF (dorsale) qui raccorde le répéteur à d'autres répéteurs du réseau D-STAR.

Les modules

 

Les modules du répéteur exécutent les mêmes fonctions que les transmetteurs et récepteurs (transcepteurs) d’un système de répéteurs analogiques. Le module ne comprend pas le duplexer nécessaire aux fonctions réception et transmission sur une même antenne. Une connexion d'antenne séparée est exigée pour chaque module. Les modules traitent seulement les signaux numériques D-STAR. Un signal analogique ne sera ni démodulé ni retransmis. Les modules actuellement disponibles sont comme suit :

RP2D 1.2GHz, 128 Ko pour les données numériques (DD)

RP2V 1.2GHz pour la voix numérique (DV)

RP4000V pour la voix numérique sur 440 MHz (DV)

RP2000V pour la voix numérique sur 144 MHz (DV)

Chaque module est raccordé au contrôleur via un port séparé. Il y a quatre ports sur un contrôleur et chacun peut être raccordé à un module DV ou DD.

 

Configurer un répéteur D-STAR

La configuration recommandée pour un système/répéteur complet est comme suit :

Port 1          RP2D

Port 2          RP4000V

Port 3          RP2000V

Port 4          RP2V

Notez que les interfaces entre le contrôleur et les autres modules Icom sont propres  aux équipements Icom.

 

Pour programmer le contrôleur on aura besoin de:

1)  un ordinateur fonctionnant avec Windows et possédant au moins un port Ethernet et un port USB (1.1 ou 2.0)

2) un câble USB

3) un câble Ethernet approprié.

 

Configurer le contrôleur

 

Il faut raccorder le câble Ethernet à la prise femelle (jack) 10-BASE-T (connecteur modulaire RJ-45)  présent sur le panneau avant du contrôleur. Puis, en se servant du protocole TCP/IP Internet de l'ordinateur, entrer manuellement une adresse IP propre à la connexion. (Réalisable via la fenêtre de Windows Network Connections).

La configuration logicielle du contrôleur IC-RP2C débute par l’entrée de l'adresse IP du contrôleur dans la fenêtre  "Network Setup". L’adresse IP par défaut du contrôleur, tel qu’il est communiqué par Icom, est 172.16.0.1 ou 172.16.0.10. Cliquez OK et la fenêtre nécessaire à la configuration apparaîtra. Dans cette fenêtre, cliquez sur Read, entrez le mot de passe,  suivez les indications et la fenêtre de ID-RP2C apparaîtra tel que montrée en 8.2

tableau8.2.png

 

Tableau 8.2

Voyons maintenant les étapes à suivre pour remplir le formulaire.

1  Entrer l’indicatif  d'appel du répéteur. Cet indicatif ne peut servir qu’à ce seul répéteur à l’intérieur du réseau D-STAR. C'est lui qui sert à identifier le répéteur pour tous les utilisateurs de D-STAR.


2 Choisir une configuration de module à partir du menu déroulant. L’exemple illustre un module DD simple et trois modules DV. Choisissez la configuration qui correspond au répéteur


3 Activer les modules en cochant la boîte correspondante. Si votre répéteur a moins de quatre modules, la boîte du bas ne sera pas utilisée et restera en blanc. Les modules doivent être physiquement raccordés au contrôleur dans le même ordre (1 à 4) que sur l’écran ci-dessus.


4 Assigner à chaque module activé une lettre d'identification différente. Elles serviront à identifier les modules que l’opérateur souhaite utiliser. Si un module ID-RP2D ou ID-RP2V est inclus dans le système, l’un et l’autre  se verront assigner la lettre "A".


5 Cocher « Gateway Enable » si le répéteur doit utiliser la passerelle. L’interface sera activée à cet effet.

Ainsi s’achève la configuration du contrôleur. Passons maintenant à celle d’un module.

tableau8.3.png

 

Tableau 8-3

Configurer un module

Une interface USB est nécessaire pour le  contrôle et pour la programmation d’un module de répéteur D-STAR. Il y a deux ports USB sur chaque module : un pour la transmission (TX) et l’autre pour la réception (RX). Il suffit de brancher le câble USB A-B au module et à l’ordinateur.

Windows  ouvrira une fenêtre sur « Add New Hardware » et le pilote USB sera installé. Le logiciel du module fera apparaître l’espace dans lequel on pourra inscrite la fréquence désirée telle qu’indiquée au tableau 8-3.  Cliquer OK et c'est tout !

Nous venons de voir un processus de configuration ou de programmation qui n’est pas sorcier. La prochaine fois que l’on vous parlera de la programmation d’un répéteur D-STAR, gageons que vous vous sentirez plus à l’aise de soutenir une discussion valable sur le sujet. La prochaine leçon, en pratique la dernière, puisque la dixième n’est qu’une révision de tout le cours, portera sur la configuration et le fonctionnement de la passerelle (gateway). C’est une leçon qui, elle aussi s’adresse davantage aux gestionnaires et aux programmeurs de répéteur. Mais tout bon utilisateur du système D-STAR ne pourra demeurer insensible devant la possibilité de comprendre, un tant soit, le fonctionnement de ce pilier fondamental de D-STAR.

 

Claude Lalande VE2LCF

http://www.jonrichardson.co.uk/stash/D-Star_G1_Gateway_Course/Lesson%208.pdf

http://www.arrl-al.org/Dstar_al_advanced.pdf


Date de création : 21/09/2011 @ 01:25
Dernière modification : 23/09/2011 @ 21:57
Catégorie : Présentation - Cour D-STAR
Page lue 711 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Imprimante 3D
Arduino
Recherche
Recherche